PIMENT 

Il y a 47 produits,
dont 2 produits bio et 12 nouveaux produits

(capsicum chinense et frutescens), variétés d'Asie et des Caraïbes, petits fruits à la saveur brûlante, demandent une exposition abritée (serre, tunnel, véranda…) pour venir à maturité :

ÉCHELLE DE SCOVILLE : Échelle de mesure sur la force des piments inventée en 1912 par le pharmacologue américain Wilbur SCOVILLE, renseigne la teneur en capsaïcine du fruit, molécule responsable de la force du piment. S’exprime en unité SHU allant de 0 pour les poivrons à 2.200.000 SHU. Pour établir son classement, Wilbur Scoville préparait une solution de piment frais entier réduit en purée mélangée avec de l’eau sucrée. Cette solution était généralement testée par cinq personnes et tant que la sensation de brûlure du piment subsistait, il en augmentait la dilution. Lorsque la sensation de brûlure disparaissait, la valeur de la dilution servait de mesure à la force du piment. Par exemple, un poivron doux, ne contenant pas de capsaïcine, a un degré de zéro, ce qui signifie aucune sensation de brûlure détectable même sans dilution. À l’opposé, pour les piments les plus forts, un taux de 300 000 signifiait que leur extrait devait être dilué 300 000 fois avant que la capsaïcine ne devienne indétectable. La variété CAROLINA REAPER, le plus fort au monde depuis 2013 fait 2,2 millions SHU. Pour situer, le taux d’une bombe d’auto défense est de 2 à 5,3 millions SHU. Un des points faibles du test de Scoville est son imprécision, liée à la subjectivité humaine, notamment par le fait que l’habitude de consommation du piment change le niveau personnel de sensibilité : un piment peut être considéré comme très fort par une personne peu habituée au piment comme la variété d’Espelette GORRIA 4.000 SHU et sembler doux à une personne consommant fréquemment du piment, et depuis l’enfance. Cette imprécision est aussi renforcée par le fait que la force des piments d’une même variété peut varier fortement en raison de l’ensoleillement, voire du terroir.